Zig et More

L’histoire

More, jeune soldat, tient en joue Zig, enfant frondeur, membre des Cadrieux, en lutte contre le Pouvoir. L'enfant est immobile, debout sur une gourde qui menace d'exploser. Les jours passent, puis les années. Zig et More vieillissent et s'apprivoisent, l'un figé sur sa bombe, l'autre agrippé à son fusil. Lequel des deux cédera ? Quelle cause l'emportera ? Que reste-t-il de la loyauté à son camp lorsqu'on vit avec son ennemi pendant trop longtemps ?

Traduite en anglais, allemand et roumain (TRAMES- Comédie de Saint-Etienne et European Theatre Convention)

Note d’intention

Dans Zig et More, il y a la présence fondamentale du temps qui passe…
10 ans s'écouleront entre le début de la pièce et la fin. Et ce sont ces 10 ans qui feront naître cette relation unique entre Zig et More. L'amitié est-elle de l'amitié dans le combat, dans ce que chacun porte d'idéologie et doit de fidélité à son camp ? Où est la fraternité ? Est-ce que même l'amour peut naître à bout portant ?
Au début de la pièce Zig a 8 ans, et More une vingtaine d'année.

Le temps passera sur eux en une fine pellicule dans l'air qui se déposera presque imperceptiblement tout le long de la pièce. Mais cette quasi neige, hyper légère poussière tombera sur le jeune soldat en années de perte, de poids, et de tout ce qu'il n'aura pas vécu. Et cette poussière du temps s'ébrouera sur l'enfant grandissant et ses pertes de temps passer sur sa gourde seront peut-être pour lui autant de choses gagnées sur la vie dans ce lien au soldat qui le tient au bout de son arme, qui croit le tenir…
Et ce temps volatile en se déposant nous fera apparaître les traces de ceux qui étaient là finalement depuis tout temps, le miracle n'existait pas. Des hommes, d'autres, des Cadrieux étaient là qui veillaient depuis le début et Zig ne tenait pas debout tout seul sur sa gourde.
La scénographie ne racontera pas les combats. Ils sont nommés, on les sait mais l'espace devient espace de relation humaine.
Ainsi en sera t'il de la musique, et de la lumière. Nous ne serons pas dans l'illustration de la guerre. Mais chaque élément nous emmènera toujours plus dans le mental de ces êtres là. Et les accessoires apparaîtront, comme dans un rêve ou un cauchemar, avec magie, sans abracadabra, une bouteille disparaît, et c'est le temps qui produit son érosion, une pomme apparaît, c'est le pouvoir de la pensée qui nous permet de voir la pomme…

Il s'agit pour moi de développer avec les acteurs un travail sur le fil de la pensée qui avance et qui agit. Ce qui importe pour moi quand je dirige les acteurs, ce n'est pas qu'ils prennent en charge par exemple le rôle du soldat ou de l'enfant. Mais trouver avec eux comment le texte agit, comment la pensée sculpte l'espace autour et fait exister l'autre.

Les mots de ces textes sont une arme nouvelle dans ce monde et ont un pouvoir fort sur ceux qui les disent et les entendent. Ce nouveau monde sera construit de cela et s'il y a des décors, c'est surtout la force de ces pensées qui fera exister le danger, la plaine tout autour, la fraternité naissante entre Zig et More…

 

L'équipe

Mise en scène : Gaëlle Héraut
 
Avec : Philippe LardaudAnthony Le FollDavid Maisse et Cédric Zimmerlin
 
Création sonore : musique originale d'Éric Thomas, interprétée sur scène par Éric Thomas à la guitare électrique et Erwan Geffroy à la viole de gambe
 
Scénographie : Jean Gilbert-Capietto et Gaëlle Héraut
 
Création lumière : Gweltaz Chauviré
 
Création Costumes : Laure Fonvieille et Valérie De Champchesnel

Coup de pouce magique : Benoît Dattez
 
Régie Générale : Pierre Guisnel
 
Chargée de production : Stéphanie Piolti
 
Administration : Lorinne Florange
 

Production

Le Théâtre National de Bretagne, Rennes (Ille et Vilaine) / Festival Mettre en Scène
La Paillette Théâtre, Rennes
Le Quartz, Brest (Finistère) / Festival Mettre en Scène
Le Stella, Maison du Théâtre, Brest
Le Théâtre Universitaire, Nantes (Loire Atlantique)
L'Archipel, Fouësnant (Finistère)
Centre Culturel Le Marque Page, La Norville (Essonne)

Avec le soutien de la DRAC Bretagne, de la Ville de Rennes et de la Région Bretagne.

Les dates

La Maison du Théâtre – Le Stella
12, rue Claude Goasdoué – Brest
Jeu 15 / Ven 16 / Sam 17 Nov
À 19h30
Réservations au 02 98 47 99 13
Site web
En partenariat avec Le Quartz dans le cadre du Festival Mettre en Scène

La Paillette Théâtre
6, rue Louis Guilloux – Rennes
Mer 21 Nov à 21h00
Jeu 22 et Ven 23 Nov à 19h00
Sam 24 Nov à 21h30
Réservations au 02 99 59 88 86
Site Web
En partenariat avec Le Théâtre National de Bretagne,
dans le cadre du Festival Mettre en Scène

Le Marque Page
5/7, rue Victor Hugo – La Norville
Vendredi 25 Janvier 2013
À 20h30
Réservations au 01 64 90 93 72

Théâtre Universitaire de Nantes
Chemin de la Censive du Tertre
Mar 26 / Mer 27 / Jeu 28 / Ven 29 Mars
À 20h30
Réservations au 02 40 14 55 14
Site Web

L'Archipel
Rue des Îles – Fouesnant-Les-Glénan
Jeudi 11 Avril 2013
À 20h30
Réservations au 02 98 51 20 24
Site Web

Et aussi…

Zig et More c'est la naissance des Chroniques du Grand Mouvement, le texte d'une jeune auteur, Marine Auriol, c'est une écriture forte, c'est un travail passionnant avec les acteurs, c'est regarder ensemble "Les Harmonies Werckmeister" de Bela Tarr, c'est de la parole intime pour toucher à l'universel, c'est une équipe en or, c'est du théâtre sans effets spéciaux, mais quand même dans les flingues ce sont des balles à blanc, ce sont des humanités ici qui pensent et s'engagent, ce n'est pas une fatalité et pourtant si, ce sont deux êtres du camp opposé qui vont grandir ensemble, c'est de la fraternité, c'est de l'attente, Tarantino et Beckett, c'est de la pensée en marche, en mouvement. C'est un texte qui devient toujours plus dense et plus vaste en le travaillant. Ici les mots de Mahmoud Darwich et Rilke nous accompagnent et aussi La brûlure du mondeEspaces perdus…
Zig et More c'est aussi les oiseaux qui reviennent, c'est une ombre qui passe, c'est du temps, de la lutte, de l'enfance et l'amour. C'est une histoire avec une véritable intrigue, du suspens. C'est le pouvoir des mots, ce qu'ils peuvent, leur sens, ce qu'ils impliquent, comme ils nous impliquent, ce qu'ils blessent et consolent.
C'est une fleur pour laquelle on se bat, c'est un chant qui tourne dans le vent, son appel.
C'est aussi tout ce qu'on ne sait pas.