Paola en vrai

Et si de bon matin, Paola venait voir les enfants ? Les tous petits d'abord… et puis, on pourrait s'raconter des trucs, des secrets, des monstres et rire, et rêver… Et puis, les grands ensuite, un peu plus grands, pourraient aussi rencontrer Paola et peut-être que les monstres, les rois et les copains resteront et on se raconterait encore des secrets… Qui sait ?

Présentation

« T'as bien dormi ? Et toi, t'as bien dormi ? T'as fait de beaux rêves ?… »
Cette nuit, Paola est venue dans mon rêve. Je l'ai en rêve vue et elle construisait une cabane dans un arbre et m'invitait à rester, et ne voulait plus partir, quitter mon rêve… et nous avons regardé le monde par toutes les fenêtres de sa cabane construite, et… mais tu connais Paola ?
Quand Paola a dormi, bien dormi, tu sais ce qu'elle a en tête ?
Elle a en tête le matin qui s'approche…
Elle s'en va pour décrocher les étoiles. Elle veut les cueillir pour le matin qui pointe.
Bonsoir la nuit. Bienvenue toi.
Mais les étoiles voient s'approcher Paola et vite vont se cacher.

"Paola en vrai" est un projet qui se décline en deux propositions artistiques :
La première pour les tous petits de 6 mois à trois ans : Paola en vrai I
La seconde pour les plus grands de 4 à 6 ans : Paola en vrai II
Durée de chaque partie : 30 min

Textes, chansons et peintures pour vous raconter Paola, une petite fille espiègle et malicieuse, qui s’interroge sur la vie et le monde qui l’entoure.

"Paola en vrai" a été créé en novembre 2009 dans le cadre du festival du Conte à Morsang-sur-Orge.

Note de Mise en Scène

Paola est sans âge. Les enfants voient en elle l'amie ingénue, un peu casse-cou, aventurière et curieuse. Les grands retrouvent en elle ce plaisir d'être dans la lune, un rêve d'innocence, d'insouciance que nous gardons en nous. La première partie de "Paola en vrai" nous raconte une journée comme une année de quatre saisons. La nature ici est en fête et Paola est dans la fête. Gaëlle a un très grand livre, Anthony a sa guitare et Jean a ses pinceaux. Nous partons en balade dans cette poésie enthousiaste et sous nos yeux, en peinture le jour se lève, se transforme et transforme notre journée, rythmée par des chansons où les éléments ont une âme.
Dans la seconde partie de "Paola en vrai", Paola veut un petit frère. Le père de Paola est un arbre grand, beau et fort. La pluie est sa maman. Ainsi Paola part en quête et sur sa route rencontre un Crapito, des lapins jumeaux, une qui est une chouette et une qui est tortue toute vieille et a oublié beaucoup.
Chacun chante l'autre, le frère et Paola n'est pas au bout de ses peines…
Enfin quand il pleut, l'arbrisseau, le p'tit frère peut pousser et en grandes enjambées Paola part le rencontrer.

Paola c'est de l'impatience, de la joie, c'est un grand réveil, c'est dans les mots et dans les mots les images, et les images au bout du pinceau, ce sont des chansons, c'est au pied d'un arbre peint des graines qu'on trouve et qu'on pourra planter, Paola c'est de l'amour en pagaille, une fille têtue qui marche et qui regarde franc chacun dans les yeux, c'est un air dans la tête, du vent dans les cheveux, c'est une histoire contée en trois dimensions, pour les yeux, les oreilles et le cœur.

Distribution

Texte, mise en scène et jeu : Gaëlle Héraut
Guitare et chant : Anthony Le Foll
Scénographie et peinture : Jean Gilbert-Capietto

Soutiens

La Ville de Morsang-sur-Orge (91)

Extraits

« Paola en vrai », pour les tous petits

Mais où vont les étoiles quand on ne les voit pas ?

Orion défile à l'horizon
Aldébaran dans l'océan
Sirius disparaît comme une puce
Vega donne sa langue au chat
Andromède elle appelle à l'aide
Aristac file dans son kayak
Percée se fait catapulter
Bélatrix plonge au fond du Styx
Capella ferme ses petits pois
Pégase enfin fait table rase

« Paola en vrai », pour les plus grands

C'est pas en cassant des œufs
C'est pas en claquant des doigts
C'est pas en fermant les yeux
C'est pas dans le chocolat

C'est pas sûr qu'à Noël
On en trouve dans les cadeaux
Ça tombe pas comme ça du ciel
C'est trop lourd pour les oiseaux

On ne sait pas vraiment comment
On fait les p'tits frères
On cherche encore, on n'est pas sûr
Mais on sait bien qu'c'est pas comme ça

Suffit pas d'aller au lit
Suffit pas d'être tout nu
Pour avoir un Jérémie
Petit, joli, rose et dodu

Faut pas se faire la guerre
Faut pas suivre les inconnus
Faut pas se jeter la pierre
Faut pas délirer non plus

On ne sait pas vraiment comment
On fait les p'tits frères
On cherche encore, on n'est pas sûr
Mais on sait bien qu'c'est pas comme ça

Faut pas croire qu'c'est à la pêche
A la chasse au koala
Ce n'est pas avec une flèche
Qu'on fait deux jambes et deux bras

Suffit pas d'avoir des sous
Ni d'être un joli papa
Faut d'abord être très doux
Pour décider ces choses-là

On ne sait pas vraiment comment
On fait les p'tits frères
On cherche encore, on n'est pas sûr
Mais c'est comme ça, y'a du mystère